fario toc
Truite ruisseau pyrénéen - Photo Fred09

Nom scientifique : Salmo trutta fario
Longueur moyenne: 20-35 cm ; maximale: 1 m
Poids moyen: 150-400 g ; maximal : plus de 7 kg
Durée de vie : 6 à 13 ans.

La truite Fario de souche indigène est la truite commune des lacs et c'est la seule qui était présente avant les alevinages qui ont débuté vers 1930 dans les Pyrénées.
Suivant les postes occupés, cette truite peut prendre des couleurs différentes, on la trouve avec une robe noire, jaune ou brune avec des points rouges et noirs assez marqués, une adipeuse très colorée de rouge en général, plus longiligne.
Les truites vivant plus au fond ont une robe plus claire qui laisse parfois penser à des truites arc en ciel.

Elle vit seule et reste généralement près de son refuge. Outre le fait de manger ses propres petits, la Fario est surtout à la recherche d'insectes...
d'où cette pêche extraordinaire qu'est la pêche à la mouche !

La truite Fario se reproduit à partir de 3 ans. Le frai se déroule de mi-octobre à mi-décembre quand les eaux ont atteint la température requise de 5 à 10°C, il est précédé d'une migration vers l'amont des cours d'eau. La truite recherche des eaux peu profondes et n'hésite pas à remonter les ruisseaux pour y faire son nid, dans certains ruisseaux pyrénéens le frai peut commencer dès fin septembre
!

Articles forum: les souches fario: " En France, on distingue actuellement 4 formes génétiques de l’espèce S. trutta fario sans nomenclature pour l’instant : 
la forme méditerranéenne (cours d’eau ayant leur exutoire en Méditerranée) ; 
la forme ancestrale corse (en tête de bassin des rivières Corse), appelée parfois à tort S. trutta macrostigma mais qui est une fario méditérranéenne ancestrale; 
la forme atlantique ancestrale (cours d’eau du Pays Basque et de Bretagne) ; 
la forme atlantique moderne (dans presque toutes les rivières de la côte atlantique française avec comme limite sud la Garonne et l’Adour) et à laquelle se rattachent toutes les souches de pisciculture.
Les techniques de génétique ainsi que des critères morphologiques permettent actuellement de mettre en évidence des sous unités régionales, mais pour l'instant on ne sait pas si il s'agit d'espèces à part entière, ou de sous-espèces... comme la macrostigma. 
Le travail restant est encore très long pour les génétitiens, et d'autant + difficile que certaines souches se croisent parfois, comme l'atlantique de pisciculture avec l'atlantique ancestrale... 
Bon courage à eux !
  " d'après JFB

Au sujet des truites pyrénéennes : " En France, il y a pratiquement autant de souches que de régions climatiques et naturelles si on s'en tient aux différences sur la robe, les points rouges et noirs etc... 
Aujourd'ui on ne retrouve pratiquement que des souches hybridées par "répétition génétique" suite aux alevinages successifs. La souche Etrun du nom de la pisciculture du Pas de Calais qui depuis très longtemps fournissait les oeufs et les géniteurs aux autres piscicultures françaises est la souche "mère" de ces croisements. C'est la fario la plus facile à élever, la moins fragile etc...  La Etrun est une souche danoise MIGRATRICE, plus apte à être truite de mer que fario de torrent... à méditer ! 
Ces erreurs sont connues des Fédérations de Pêche et sont aujourd'hui difficilement réparables. A l'époque on ne savait pas faire autrement, et si aujourd'hui des tentatives de récupération d'anciennes vrais souches sont en cours, la tâche est très très délicates ... mais peut-être pas impossible, c'est une question de moyens.
" d'après anonyme

Populations originelles des lacs et gaves ?

Truites du 64 d'après Truta64
Truites du 65 d'après Truta64

Truite fario
Truite lac des Pyrénées - Photo PG