Extrait d'une lettre du Comte de Saint-Saud (1853-1951) président de la Commission Pyrénéenne franco-espagnole de Toponymie-Topographie transmise en 1934 au président de la société alpine espagnole, Peñalara.

"Notre Commission franco-espagnole de Toponymie et de Topographie a tenu et tient toujours à ce que les noms de montagnes et de choses concernant la montagne, telles que lacs, torrents, passages, conservent leur nom local, ou, si ce nom a été oublié ou déformé, qu'il soit rétabli autant que possible dans sa pureté dialectique.
Les principaux de ces principes adoptés par notre Commission sont de conserver dans chaque pays le nom usuel et rationnel usité: en Catalogne et en Roussillon, le catalan; en Aragon, le castillan, avec ses idiotismes aragonnais; en Navarre française et espagnole, comme dans les provinces basques, la langue escualdunac; dans les autres pyrénées françaises, les dialectes romans.
"

Les travaux de ces commisions avaient pour objet de réviser les noms utilisés des deux côtés des Pyrénées, Alphonse Meillon parmi d'autres y a beaucoup travaillé, mais il semble que de nombreuses fiches rédigées et examinées à tour de rôle par les divers membres se soient égarées (voir n° 222 du bulletin Pyrénéen de l'année 1936 page 312). Certains noms de montagnes espagnoles ont été inventés par ceux qui les ont découverts: Schrader, Wallon, Lequeutre, Saint-Saud, Russel ... conduits par des guides ou des chasseurs français le plus souvent parlant plus ou moins le castillan ou le catalan, interrogeant plus ou moins les bergers espagnols et ne les comprenant guère mieux ...
Les véritables noms, lorsqu'ils étaient connus ont été souvent défigurés, traduits par des barbarismes et même parfois complétement oubliés des deux côtés des Pyrénées.

Des exemples :
- Le Vignemale est le Cerbillonas pour les gens de la vallée de Broto, il a parfois été traduit dans des revues espagnoles en Viñamala ! Une des pointes du massif a cependant gardé le nom de Cerbillona.
- Maladetta est un nom inventé, de même que Pics d'Enfer traduit en Picos de Infierno alors que le vrai nom est Quijada (machoire) de Pundillos.
- Le massif du Mont-Perdu est connu sous le nom de Tres Sorores ce qui n'a pas empéché l'acceptation espagnole de Monte-Perdido.
- Le Balaïtous se transforme souvent en Baletus alors que c'est le Pico de Moros.
- La brêche de Roland se traduit en Brecha de Roldan (nom historique du paladin Roland - seigneur de la suite de Charlemagne) alors que Brecha de Rolando est un barbarisme.
- Le pic d'Aneto (nom du village sur le territoire duquel est cette montagne) a longtemps était appelé Néthou du fait de la pronciation 'Anetu"
- Les lacs de Castet Abarca de la vallée du Marcadau ne sont plus connus que sous le nom de lacs de l'Embarrat.
- Le mot Ilhéou veut dire lac, d'après A.Meillon et pour cela il a préfèré utliser un autre nom "lac bleu" pour désigner le lac que tout le monde désigne de nos jours par "lac d'Ilhéou" !

- Autres exemples (voir sur le forum ou bien m'écrire ...)