Emile BellocÉmile BELLOC fut au XIX° siècle un spécialiste des lacs pyrénéens. Il en a étudié des centaines et fut le prédécesseur de l'abbé Ludovic Gaurier.

Né à Toulouse mais vivant à Paris, il publia (de 1891 à 1913) dans des revues scientifiques 76 communications dont 27 en Géographie, 15 en Géologie et minéralogie, l'essentiel étant consacré à des études lacustres. "l'homme des lacs pyrénéens" comme l'appelait Henri Béraldi était aussi un violoniste de premier ordre mais qui ne voulait pas qu'on le dise, homme aimable et savant modeste, pyrénéiste érudit et qui ne voulait pas le laisser voir.

Il étudia plus particulièrement les lacs de la région luchonaise - , Espingo, Caillaouas, Gourgs Blancs - qu'il parcourut sur un canot pour les sonder, les mesurer, les cartographier et étudier toutes leurs caractéristiques ( faune, flore, origine, comblement ). Il prépara ainsi la partie pyrénéiste de l'ouvrage de l'ingénieur A. Delebecque.

Il est l'inventeur du "sondeur Belloc", câble métallique et cadran gradué, repris par Ludovic Gaurier, A. Delebecque et d'autres par la suite pour sonder lacs et océans.

Muni d'un bateau Berthon, il couvre certains lacs de triangles flottants, les mesure, les sonde, les cartographie et les décrit dans une série de brochures sous le titre "Explorations sous-lacustres" : le lac d'Oô, sondages et mesurages 1890 - description de quelques lacs des Pyrénées franco-espagnoles 1894 ....
Il publia aussi d'autres articles "circulations poissons migrateurs - echelles a poissons et barrages - la fontestorbe - le brandon de la saint jean"

En 1896 il tenta le premier mais sans succès de mettre en évidence le parcours souterrain des eaux engouffrées au Trou du Toro, au pied du pic d'Aneto ( ce mystère ne devait trouver sa solution qu'en 1931 grâce à Norbert Casteret ).

Emile Belloc fit aussi de la toponymie, il connaissait la langue occitane et essaya de ramener à leur orthographe et à leur sens les noms de lieux pyrénéens privés de toute signification par leur traduction en français.

Emile Belloc resta fidèle toute sa vie à la section des Pyrénées Centrales du CAF et à sa ville natale Toulouse à qui il légua une riche bibliothèque pyrénéenne et de précieuses collections. Son nom a été donné à un sommet ( 3008 mètres) voisin du pic des Spijeoles, dans cette région d'Oô qu'il aimait tant

Vue d'ensemble du sondeur d'Emile Belloc
cette machine fut utilisée dans une version plus robuste par Andre Delebecque au lac Leman en 1891 et par le Prince Albert I de Monaco en 1894
Sondeur Belloc


Carte Bathymétrique du lac d'Orédon.
D'après "Les lacs du Massif de Néouvielle" 1895

Carte Bathymétrique

Détail du cadran. Photo Y. Berard
Cadran du sondeur Belloc

Merci à Gerard Raynaud pour son aide dans la réalisation de cette page